Accueil Investissement Déficit foncier : comment l’utiliser dans l’investissement locatif ?

Déficit foncier : comment l’utiliser dans l’investissement locatif ?

189
0
Déficit foncier : comment l'utiliser dans l'investissement locatif ?

En matière d'investissement , l'un des leviers d' souvent négligé est le déficit foncier. Il s'agit d'un mécanisme qui permet de réduire ses impôts en déduisant les charges liées à un des revenus fonciers perçus. Dans cet article, nous allons vous expliquer ce qu'est le déficit foncier, comment le calculer et l'utiliser pour optimiser votre fiscalité et les stratégies d'investissement à adopter.

Comprendre le déficit foncier : et principes de base

Définition du déficit foncier

Le déficit foncier est une situation qui se produit lorsque les charges déductibles (travaux de rénovation, frais de gestion, intérêts d'emprunt…) liées à un bien immobilier mis en location sont supérieures aux revenus locatifs perçus. Ce déficit peut être imputé sur le global du propriétaire bailleur dans certaines conditions, lui permettant ainsi de diminuer son .

Principes de base du déficit foncier

Il faut comprendre que le déficit foncier s'applique uniquement aux biens loués nus, c'est-à-dire non meublés. Les charges déductibles comprennent notamment :

  • Les frais de gestion et d'assurances;
  • Les intérêts d'emprunt;
  • Les travaux d'entretien et de réparation;

La déduction du déficit foncier est limitée à 10 700 euros par an sur le revenu global. Le surplus peut cependant être reporté sur les revenus fonciers des 10 années suivantes.

Dans la suite, nous allons voir comment calculer et déclarer ce déficit foncier.

Calcul et déclaration du déficit foncier : mode d'

Calcul et déclaration du déficit foncier : mode d'emploi

Calcul du déficit foncier

Pour calculer le déficit foncier, il faut soustraire l'ensemble des charges déductibles des revenus locatifs perçus. Si le résultat est négatif, c'est que vous êtes en situation de déficit. Par exemple :

Lire aussi :  Zone euro vs. Monde : où orienter sa diversification immobilière maintenant ?
Revenus locatifs 15 000 €
Charges déductibles (travaux, intérêts…) -20 000 €
Déficit foncier -5 000 €

Déclaration du déficit foncier

Pour déclarer votre déficit foncier, vous devez remplir la déclaration complémentaire n°2044 et la joindre à votre déclaration de revenus. Les montants à indiquer sont les suivants :

  • Vos revenus locatifs dans la rubrique « Revenus fonciers »;
  • Vos charges déductibles dans la rubrique « Charges ».

Le calcul du déficit se fait automatiquement. Vous verrez alors apparaître le montant de votre déficit foncier sur votre avis d'imposition.

Maintenant que nous savons ce qu'est le déficit foncier et comment le déclarer, voyons comment l'optimiser pour réduire sa fiscalité.

Optimiser sa fiscalité : les conditions d'éligibilité et les avantages du déficit foncier

Optimiser sa fiscalité : les conditions d'éligibilité et les avantages du déficit foncier

Conditions d'éligibilité au déficit foncier

Pour bénéficier du déficit foncier, il faut respecter certaines conditions. D'une part, le bien doit être loué nu et non meublé. D'autre part, les travaux réalisés doivent être qualifiés d'entretien ou de réparation, excluant ainsi ceux d'amélioration ou de construction. De plus, le bien doit être conservé en location pendant au moins 3 ans après la réalisation des travaux.

Avantages du déficit foncier

L'avantage principal du déficit foncier est son impact sur la fiscalité. En effet, il permet de réduire ses impôts en diminuant son revenu global imposable. C'est une solution particulièrement intéressante pour les contribuables fortement imposés.

  • Déduction des charges jusqu'à 10 700 € par an;
  • Report possible des surplus pendant 10 ans;
  • Non soumis au plafonnement des niches fiscales.
Lire aussi :  Analyse : évolution des prix au mètre carré dans les capitales européennes

Après avoir exploré les bénéfices qu'offre le déficit foncier, il est temps de vous guider pour optimiser vos investissements en prenant en compte ce paramètre.

Investir en déficit foncier : stratégies et pièges à éviter

Stratégies d'investissement en déficit foncier

Pour maximiser les avantages du déficit foncier, la principale consiste à investir dans des biens nécessitant d'importants travaux de rénovation. Ainsi, plus les charges seront élevées, plus le déficit sera important et donc plus l'économie d' sera significative. Il peut également être judicieux de repartir les travaux sur plusieurs années pour bénéficier du mécanisme chaque année.

Pièges à éviter

Bien que séduisant, l'investissement en déficit foncier comporte quelques risques qu'il convient de connaître :

  • Négliger la rentabilité locative : ne pas se focaliser uniquement sur les économies d'impôts mais aussi prendre en compte la capacité du bien à générer des revenus;
  • Oublier la plus-value immobilière : une rénovation trop importante peut engendrer une plus-value immobilière imposable lors de la revente;
  • Dépasser le plafond des charges déductibles : veiller à ne pas dépasser le plafond de 10 700 € pour optimiser le bénéfice du déficit foncier.

Pour conclure, l'utilisation du déficit foncier en investissement locatif est une stratégie intéressante pour réduire sa fiscalité. Il convient cependant de bien comprendre son fonctionnement, de respecter les conditions exigées et d'éviter certains pièges afin d'en tirer le meilleur parti. Si vous avez des questions ou d'accompagnement dans votre projet d'investissement immobilier, n'hésitez pas à faire appel à un conseiller en gestion de patrimoine.

4/5 - (10 votes)